mercredi 11 mai 2016

W.E.P.P. DANS LA DOUCEUR ANGEVINE

Certains ont dit que l'année 2016 allait être celle du Brésil à cause de quelques événements sportifs qui vont y avoir lieu.
Pas pour nous !
Pour nous autres, Chasseurs de P.P., c'est l'année de l'Anjou.
A nouveau, du 5 au 8 mai, nous avons pu nous réunir, cette fois-ci à Denée dans un cadre bucolique entre Louet et Loire. Logés dans un ancien prieuré auquel était adjointe une chapelle, nous avons pu bénéficier d'un temps exceptionnel pour un début mai.

Il y avait le groupe habituel composé de La Pélerine Jaune (Bernadette), Emmabird (Emmanuelle), Change27 (Chantal et Serge), Tamlam (Anne-Marie et Jean-Claude), François (Arlette et François), Clovis8 (Dominique), Julien (Julien), Montnicou (Nicole), Cléon de Byzergues (Michel). Nous avait rejoint une jeune recrue amenée par Bernadette : Aigle azur (Maxime). Et aux repas, nous avons eu le plaisir d'accueillir Quercus49 (Richard) et Brunodumaine (Danielle et Bruno).
A seize autour de la table, il valait mieux ne pas avoir besoin de trop de place.

Nos différents GPS ont eu du mal à localiser l'endroit du premier rendez-vous qui était l'auberge Montrivet à Denée. Dans ce lieu rustique, nous avons pu savourer le plaisir de nous retrouver autour d'un bon repas.






Après l'installation au gîte, la chasse fut lancée, ce qui permit de découvrir les beautés des alentours tels Saint-Aubin, Savennières, Chaudefonds, Chalonnes, etc..







Le soir, nous avons continué les découvertes avec la Soupe Angevine préparée par Richard (vive lui!). Si cette soupe n'a fait grandir personne, tout le monde l'a trouvée à son goût. Si certains sont intéressés par la recette, ils peuvent la trouver sur plusieurs sites tels :Marmiton (cliquer ici) ou 1001 cocktails (cliquer ).
Sinon, encore plus simple, demander à Richard (oui, vive Richard!).
Ensuite, il y eut des tartes diverses et variées. Merci à Dominique de nous livrer sa recette de tarte au bleu et épinards (vive Dominique !).



Tandis que Nicole s'inquiète des desseins du photographe, la CPE (surgé) Bernadette ne peut lâcher son téléphone.

A droite, on voit Julien se cramponner à la bouteille quand il a constaté qu'Emmanuelle la regardait avec concupiscence.


Le lendemain fut consacré à Angers, ville magnifique riche d'un patrimoine énorme et varié. Là, il y eut les courageux qui suivirent Richard pour cueillir un maximum d'étoiles et les moins alertes qui préférèrent faire un tour de ville plus restreint.
Et le soir, après un kir au cassis artisanal, nous avons fait honneur à d'abondantes spaghetti à la bolognaise.

La soirée s'est poursuivie dans la recherche d'un planning de chasse idéal.




Atmosphère studieuse autour de la table. Chacun étudie avec grand sérieux son programme du lendemain.






Le samedi fut donc consacré à la route qui longe la Loire sur la rive droite jusqu'aux Rosiers puis qui la longe dans l'autre sens sur la rive gauche. Il arrive que dans nos pérégrinations, nous rencontrions des sculptures originales comme aux Rosiers-sur-Loire, cette curieuse fontaine vivante (ou presque).
video


D'une seule voix, nous avons plébiscité le prieuré de Saint-Georges-des-Sept-Voies comme lieu de pique-nique. Il faisait beau et chaud et certains ont pris des coups de soleil. Cependant le lieu valait cet arrêt prolongé.
Nous y avons même rencontré une jeune chouette qui n'était pas dans un état conforme à son nom. Souhaitons lui bonne chance dans sa vie de noctambule.




La chaise du diable a accueilli un lot inhabituel de pseudos prestigieux.






C'est dans cette même commune que nous avons découvert un lieu insolite et troglodytique, l'Hélice Terrestre, oeuvre de Jacques Warminski.
              








Ce ne fut pas la seule rencontre inhabituelle pour des citadins. En effet, outre les distributeurs de baquettes, nous avons rencontré une espèce de dinosaure de la communication : une cabine téléphonique.








Le soir, après le champagne apéritif, nous avons pu apprécier une tartiflette, œuvre collégiale finalisée par les cordons-bleus Chantal et Anne-Marie (vive Chantal et Anne-Marie!).
Malheureusement, c'était la dernière soirée de notre beau WEPP.
Dimanche matin, chacun est reparti en se promettant de se retrouver l'année prochaine.










François, est-il si naïf qu'il pense récolter des étoiles supplémentaires en nous photographiant .
Non, François, ce n'est pas comme cela que ça marche!







Alors, la Sarthe, en 2017 ?
Il semble en revanche que nous ayons atteint le maximum en nombre de participants. Si ce n'est pas simple de trouver un gite approprié, c'est encore possible. En revanche, cela devient une très grosse tâche d'assurer les repas pour autant de personnes avec un matériel qui n'est pas toujours adapté aux circonstances.

Quoiqu'il en soit, depuis que ce rassemblement existe, il apparaît bien qu'il est devenu incontournable pour chacun d'entre nous.

Vive le WEPP ! Vive Nous !

Merci à Dominique et François pour leur contribution photographique.

Un appel est lancé à tous nos participants pour qu'ils contribuent à faire vivre ce blog. Merci!